la révolution Internet

Publié le 10 Avril 2011

toile-d-araignee.jpgEn 1969, nait ARPA net.

Il est né des recherches de l'ARPA, institution dépendant du Département de la Défense américain, crée en 1957 par le Président Eisenhower. L'objectif était de créer un réseau capable de résister à une destruction partielle provoquée, par exemple, par une attaque nucléaire.

Paul Baran (1926-2011), considéré aujourd'hui comme l'un des principaux pionniers d'Internet, va imaginer un réseau reposant sur un système décentralisé. Ce sera un réseau maillé en forme de toile d'araignée, dans lesquelles les données se déplacent en cherchant la meilleure trajectoire possible, et en "patientant" si les voies sont encombrées.

ARPA va relier les grandes universités américaines de Stanford, Los Angeles, Santa Barbara, et de l'Utah. Un pas en avant est réalisé en 1971 par l'américain Ray Tomlinson, qui met au point le courrier électronique. L'année suivante, Lawrence G. Roberts développe une application qui permet une utilisation ordonnée des e-mails. La messagerie électronique devient l'outil le plus utilisé du réseau. ARPAnet poursuit son développement dans les années 70, l'utilisation militaire se séparant et devenant MILnet.

D'autres réseaux se créent en Grande-Bretagne, aux EU, en France, entre Universités, et tous se relieront à partir de 1974 quand ARPAnet adoptera comme langage commun le protocole TCP/IM, inventé par Robert Kahn et Vint Cerf au cours de cette année.

Une nouvelle étape décisive est franchie en 1992 avec la mise au point par un chercheur du CERN à Genève, Tim Berners-Lee, du protocole HTPP (Hyper Text Transfer-Protocol) et du langage HTML, qui permettent de naviguer d'une page ou d'un site à l'autre. Le WORLD WIDE WEB est né, ouvrant Internet au grand public.

  de g. à d.: Paul Baran, Ray Tomlinson, Vint Cerf, Robert Kahn, Lawrence G. Roberts,

Tim Berners-Lee.

Baran-paul.jpg tomlinson.jpg cerf---kahn.JPG lawrence-g-roberts.jpg Berners-Lee.jpg

En 1992, le rédacteur de cet article devient un nouveau branché, via le réseau fermé Compuserve, premir né des fournisseurs en ligne des EU, en concurrence alors avec AOL. Quelques mois plus tard, AOL s'ouvre à Internet pour devenir ce qu'on appelle aujourd'hui un fournisseur d'accès. Compuserve va choisir de conserver un réseau fermé, ne permettant un accès qu'à un nombre, important, mais limité, de sites. Compuserve a fait le choix inverse d'AOL, pensant que sa survie passait par un réseau fermé à valeur ajoutée. Il ne faudra que quelques mois pour qu'il offre une passerelle vers le WWW, puis pour se banaliser et devenir un FAI. Sauf que AOL et d'autres auront occupé le marché, et Compuserve se fera racheter par AOL.  

Il y aura bientôt deux milliards d'internautes dans le monde. Le Web 2.0 constitue la deuxième génération de l'Internet, caractérisée par des applications interactives, blogs, sites de partage, réseaux sociaux, qui révolutionnent le rapport des utilisateurs aux services Internet, et font naître le principe d'une culture partagée en réseau.

Certains pays ont souhaité, et souhaiteront, limiter cet immense espace de liberté. C'est le cas de la Chine, qui vient de créer, sous de faux prétextes, son propre système d'adressage, indépendant du DNS, bloquant la consultation des sites chinois aux internautes extérieurs, et interdisant aux chinois la consultation des sites externes. D'autres pays suivront l'exemple chinois, avec pour conséquence la dislocation d'Internet en multiples réseaux incompatibles.

Car Internet est devenu, aussi, une arme politique, et on a vu combien son rôle avait été déterminant dans les révolutions tunisienne et égyptienne. La cyberrésistance est devenue une arme à même d'accélérer l'histoire.

le_chat_internet.gif

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article