du rêve à nouveau

Publié le 6 Août 2012

Le monde ne donne plus tant d'occasions de rêver qu'il faut savoir profiter de celles qu'il nous offre.

reve.jpg

Pas les JO, non, encore que le dépassement des athlètes est une chose admirable, de celles capables de garder la foi en l'homme. Mais trop de nationalisme et de doutes sur la pureté du sport gâchent un peu la fête.

Pas la mondialisation non plus, qui est certes une magnifique idée, mais qui, dans les temps présents, ne fonctionne qu'au profit d'un capitalisme inhumain, destructeur de valeurs, créateurs de monstrueuses inégalités, et qui semble ne profiter qu'à la gosse poignée des moins scrupuleux.

Mais l'espace. Combien d'humains a-t-il fait rêver dans les années 60/70, avec ses fusées qui parcouraient des millions de kilomètres comme on prenait son vélo-moteur pour aller au boulot, ses vols habités, d'abord par des animaux puis par des hommes, et enfin la conquête de la lune, avec cette inoubliable nuit où la planète entière a pu suivre en direct l'alunissage des hommes et du robot .

L'aventure a continué encore quelques années. Mais le rêve était fini. Pas d'objectifs fondamentalement nouveaux, pas de nouvelles planètes en vue, finie la rivalité USA / URSS qui pimentait la conquête. A la place, la mondialisation économique et financière, qui mettait le profit au rang des valeurs suprêmes, et rangeait la conquête de l'espace dans le tiroir des dépenses somptuaires improductives.

Et voila que les américains, associés avec d'autres comme la France, s'engagent de nouveau dans un programme spatial ambitieux.

curiosity.jpgEt cette nuit, le robot d'exploration Curiosity s'est posé sans problème sur Mars. Pendant deux ans, il va travailler, creuser, prélever, analyser, pour nous apprendre tout sur la planète, notamment s'il y a eu une vie. Et si oui, sous quelle forme.

Les grincheux diront que cela ne sert à rien, les autres chercheront à enrichir leur quête perpétuelle pour savoir d'où l'homme vient et où il va.

Les visionnaires y verront un nano micro petit-pas dans la recherche de la solution qui permettra à l'humanité de fuir sa bonne Terre, quand, dans 5 milliards d'années, le dieu soleil explosera.

Simple instrument de connaissance aujourd'hui, la conquête spatiale pourrait devenir dans quelques centaines de milliers d'années, une impérieuse nécessité. Si les caprices de l'homme n'ont pas fait sauter la planète avant.

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article