les impressionnistes à Louveciennes et Marly-le-Roi

Le parcours comprendra plusieurs étapes, sur plusieurs dizaines de kilomètres. Le point de départ est Louveciennes.

Etape 1 Louveciennes et environs immédiats

 

Louveciennes est une petite commune ancienne, mais qui a beaucoup grandi depuis le temps des impressionnistes, même si l'habitat est individuel pour une large part, et que la nature, parcs et bois, y est encore très présente. Mais le village de 900 habitants de 1870 est aujourd'hui une commune de 7200 habitants.

L'église  

L'église est située au coeur du village, qui est dominé par des coteaux, parfois aux fortes pentes. Les vergers et les vignes ont été remplacés par des routes et des pavillons. Mais le bois de Louveciennes, appartenant à la forêt de Marly, est toujours là, et les parcs et espaces verts ne manquent pas. Certains coins sont formidablement préservés, et certains endroits, on le verra, sont étonnants.

Donc l'église est bien présente à Louveciennes, et plantée au coeur de sa commune, elle inspirera les peintres.

louveciennes-l-eglise-.jpg louveciennes-l-eglise.jpg  louveciennes église gel à louv'      
     Jeanne Baudot - Gel à Louveciennes
     

Elle date principalement des XIIème et XIIIème siècles, mais a été remaniée à la fin du XIX ème. Elle reste à l'intérieur fortement romane, ce qui en fait tout son charme.

louveciennes-l-eglise-int.jpg louveciennes-l-eglise-interrieur.jpg louveciennes-l-eglise-vitrail.jpg                                               

On appréciera la place de l'église, qui a gardé tout son cachet de place de village.

Les châteaux de Louveciennes

Louveciennes et ses environs possèdent de nombreuses propriétés des XVII, XVIII, et XIX siècles, en raison notamment de la proximité avec les châteaux royaux de Versailles, St Germain, Marly. Ainsi à Louveciennes un certain nombre de belles demeures constituent-elles le site inscrit des châteaux de Louveciennes.

Le château de Louveciennes

louveciennes-chat-de-louveciennes---.jpg louveciennes-chat-de-louveciennes1.jpg

Il fut édifié au début du 17ème siècle. Les plaques nous disent qu'il a été occupé notamment par le général Pierre-Alexis Magallon de La Morlière (1707-1798), général sous Louis XV, et le maréchal Magnan (1791-1865), ancien soldat de Napoléon 1er, et gouverneur de Paris sous Napoléon III.

Le château est aujourd'hui divisé en appartements, le parc a été loti.

Rien ne se visite.

En sortant du château, où je n'aurais pas dû entrer, on a une belle vue sur le chevet de l'église (ci-dessus).

Le château des Sources

louveciennes-chat-des-sources.jpg

Il s'agit d'une grande demeure bourgeoise, typique Napoléon III, symbole de l'enrichissement et des fastes de la bourgeoisie d'affaires.

Le château a été bâti à l'emplacement d'une demeure dans laquelle Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) a résidé plus de trente ans. Portraitiste officielle de Marie-Antoinette (elle fit une vingtaine de portraits de la reine), sa beauté et sa réputation en firent une dame du monde appréciée et célèbre. Elle fuit Paris en 1789, sans bagages et déguisée en ouvrière. Elle parcourt l'Europe, aidée par sa réputation considérable. Elle rentre à Paris en 1805, et achète en 1809 une demeure campagnarde à Louveciennes. Elle continuera à peindre, mais son inspiration tend à être un peu démodée. Ses tableaux sont exposés au musée des châteaux de Versailles et des Trianons. Elle reste le peintre d'une époque, qu'elle a restituée avec la sensibilité et l'élégance qui était la sienne. 

Galerie                                                                    

La Maison de l'Etang (château Vernes)

louveciennes-maison-de-l-etang-.jpg louveciennes-maison-de-l-etang-diane.jpg louveciennes-parc-des-3-grilles.jpg

Elle est située au fond du parc des Trois-Grilles, où l'on peut voir de magnifiques arbres centenaires.

La Maison de l'Etang, anciennement château Mallet-Vernes, a été édifié en 1856, d'après J.LAY. Devant, se dressent deux copies d'oeuvres d'Allegrain (1710-1795), ci-dessus Diane surprise au bain.

Ne se visite pas.

Château du Pont

Voilà un endroit charmant et particulièrement bucolique, avec un parc (le seul de Louveciennes qui n'ait pas été loti) donnant directement sur le bois de Louveciennes, douve, basse-cour, et un joli château 16ème et 17ème siècle. On se croirait dans un autre temps. L'endroit a été peint par Jeanne Baudot, l'amie de Renoir, chez qui il passa de nombreux séjours, et eut un atelier.

louveciennes-chat-du-pont3.jpg   louveciennes-chat-du-pont-par-baudot-copie-1.jpg

 

Domaine de Montbuisson

 

 

Il s'agit d'une ancienne propriété, dont le parc a été loti dans les années 50, transformée aujourd'hui en maison de retraite. Sisley a peint en 1875 le chemin de Montbuisson.

louveciennes-domaine-montbuisson.jpg sislez-ch-de-montbuisson.JPG


On peut voir aussi la maison de la famille Bardot. C'est un châlet gris et blanc, construit à l'origine par la Norvège pour l'Exposition Universelle de Paris de 1889, à l'occasion de laquelle fut créée la Tour Eiffel. Les grands-parents de Brigitte Bardot le démontèrent et le reconstruirent. Brigitte y passa de nombreuses vacances, et c'est à la mairie de Louveciennes qu'elle épousa Jacques Charrier en 1959.

louveciennes-maison-bardot-.jpg louveciennes-maison-bardot.jpg                                              

 

Renoir (1841-1919) à Louveciennes

renoir-autoportrait.jpgRenoir, qui vit à Paris,  fréquentera Louveciennes lorque ses parents, en 1869, quittent Ville-d'Avray pour s'installer à Louveciennes.Il y retrouvera aussi Monet, qui s'installe à proximité immédiate au Hameau Saint-Michel (qui dépend de la commune de Bougival), cf.infra, et Pissaro qui emménage à Louveciennes. Renoir est fréquemment chez Monet, et c'est en 1869 que tous deux inventent ensemble la technique de peinture impressionniste lorsqu'ils peignent le site de la Grenouillère sur l'île de Croissy (futur parcours). A partir de 1870, Renoir n'habitera plus à Louveciennes, mais y reviendra régulièrement pour de courts séjours, chez ses parents ou sa soeur. Il continuera à se rendre fréquemment sur les berges de la Seine, entre Louveciennes et Chatou.

Il reviendra encore plus souvent lorsque sa mère, devenue veuve, s'installe dans une maison près du Château du Pont, et aussi du Dr Baudot. Renoir se liera d'amitié avec sa fille, Jeanne, à qui il apprendra la peinture. Renoir, à cette époque, commence à avoir une grande renommée, Jeanne sera à son tour célèbre, et recevra dans sa maison de Louveciennes des artistes comme Maillol, Paul Valéry, Maurice Denis ... Il peint ses deniers paysages à Louveciennes à la fin du siècle - La Route de Versailles (1895), Rue de Village ou la Promenades des Poules (1895). Entre 1907 et 1917, il loue l'été une maison qui jouxte celle des Baudot.

En définitive, Renoir aura peu peint Louveciennes, mais beaucoup plus les berges de la Seine, Croissy, Chatou.

 Maison Baudot
 
 Maison de la mère de Renoir
 
louveciennes-maison-baudot1.jpg
louveciennes-maison-baudot-.jpg louveciennes-maison-mere-de-renoir.jpg

 Galerie

 La Grenouillère, 1869
 Vue de Louveciennes, 1870
 Le Pont de Chatou, 1875
 Les Canotiers 1879
renoir la grenouillère renoir vue de louveciennes1870 renoir le pont de chatou 1875 renoir les canotiers à chatou 1879

 

Après le château du Pont, et être passé devant la maison de la mère de Renoir (photo ci-dessus), direction la forêt de Louveciennes. Occasion de passer par la rue Renoir, sans intérêt particulier, sauf à comparer le paysage actuel à celui peint par Sisley en 1874 !

louveciennes-rue-renoir.jpg louveciennes-rue-renoir-sisley.jpg

En continuant quelques kilomètres, on arrive à un endroit étonnant, le Hameau Saint-Michel. Il est situé sur la commune de Bougival. Il est composé de maisons typiques du 19ème siècle qui ont conservé tout leur cachet. C'était en général des maisons de vignerons. On a du mal à croire qu'on est ici à quelques kilomètres seulement de La Défense!

bougival-hameau-st-michel-.jpg bougival-hameau-st-michel.jpg bougival hameau st michel1 bougival-hameau-st-michel4.jpg

bougival-lavoir.jpgbougival-lavoir-.jpgUn peu plus bas, on peut voir un lavoir construit à la fin du 19ème siècle, qui présente l'originalité d'être alimenté par les eaux de pluie grâce à une ouverture présente sur le toit. On pense que c'est ce lavoir qu'a représenté Vlaminck dans sa toile Le Lavoir (1912).

 

Monet (1840-1926) a habité ce hameau, il s'y installa en 1869, sans qu'on sache précisément quelle était sa maison. Comme on a vu, on est monet.jpg à la naissance de l'impressionnisme, la gloire n'est pas encore là, tout le contraire même, puisque Monet vient d'être refusé au Salon. Avec Renoir et Pissaro, qui vit à Marly, c'est la très grande misère. L'argent manque pour manger, et même pour acheter les couleurs. Monet restera un an à Bougival, avec sa compagne Camille, qu'il épousera en 1870, et son fils Jean. Il s'exile à Londres en 1870 pour fuir les prussiens. En Angleterre, il découvrira Turner, qui avait peint quarante ans plus tôt ces mêmes paysages du bord de Seine, et le marchand de tableau Paul Durand-Ruel, qui fera la renommée  des impressionnistes. Il les exposera à Londres et surtout aux États-Unis, où les collectionneurs s'éprirent très vite de cette nouvelle forme de peinture. De retour en France en 1871, Monet s'installe à Paris, puis à Argenteuil en 1872, près de la Seine, à une dizaine de kilomètres de Bougival. Il y reste six ans, s'installe ensuite à Vétheuil, en bord de Seine, puis à Giverny de1883 jusqu'à sa mort (voir le site de la Fondation Monet). Si Monet est resté peu de temps à Bougival, c'est là qu'il développa son art.  Il y réalisera des peintures des alentours, une série sur l'île de Croissy (site de la Grenouillère), une série sur la route de Versailles à Louveciennes, près de l'Aqueduc.

De retour sur Louveciennes, on a devant la gare une belle vue sur l'Aqueduc

louveciennes-pissaro.jpg louveciennes-pissaro-vue-de-louveciennes.jpg aqueduc-tour-du-couchant-.jpg    

Long de 650 mètres, il est bordé à l'est par la Tour du Levant, à l'ouest par la Tour du Couchant (ci-dessus). A partir de cette dernière, l'eau pompée dans la Seine par la Machine de Marly rejoignait les réservoirs de Louveciennes par des conduites souterraines, puis l'aqueduc souterrain sous la forêt de Beauregard pour terminer dans les bassins de Versailles.

Par une extension de la promenade, on traverse le Bois de Louveciennes, aux sentiers parfois très escarpés. Ce bois fait partie de la forêt de Marly.

On entre alors dans la commune de La Celle-Saint-Cloud, pour arriver dans un charmant hameau, le hameau des Gressets, aux jolies maisons couleur pastel.

louveciennes-hameau-des-gressets.jpg  louveciennes-hameau-des-gressets-.jpg  louveciennes-hameau-des-gressets1.jpg  louveciennes-hameau-des-gressets2.jpg

On est à moins de dix kilomètres de La Défense!

Traversée ensuite du parc forestier de Beauregard, d'une surface de 200 hectares.

On longera les murs du Château du Camp, maintenant château Louis XIV.

C'est un impensable château en construction, bâti à l'emplacement de l'ancien château du Camp qui a été démoli pour l'occasion.

Le promoteur de l'opération est  la Société COGEMAD, société qui appartient à Emad Kashoggi, sans qu'on sache trop, semble-t-il, le but final de l'opération. Voir le site de la COGEMAD et de la  Tribune de Louveciennes . Le document joint précise que le bâtiment ancien a été démoli, pour construire le château présenté, rebaptisé pompeusement château Louis XIV. L'opération semble être une opération immobilière, alors que le propriétaire aurait dit qu'il s'agissait d'une résidence personnelle. Le passé sulfureux de son oncle, Adnan Khashoggi alimente de très nombreuses interrogations.

En tous cas, l'opération paraît gigantesque et totalement anachronique, puisque se voulant d'un luxe inouï, dans un décor, un style, une construction, totalement époque Louis XIV. Une folie d'émir !

Voir aussi un article paru dans Le Parisien.

Ci-dessous, la photo de gauche prise de loin dans la forêt de Beauregard laisse deviner le château en construction, quasiment terminé pour l'extérieur, et qui ressemblera aux deux autres photos extraites du site de la COGEMAD.

la-celle-chat-du-camp.jpg louveciennes-chateau-du-camp.JPG                     louveciennes-chateau-du-camp1.JPG                                                   

Le domaine du camp est bordé de magnifiques vergers, que la maunicipalité a refusé jusqu'ici de céder à la Cogemad.

Le parc forestier de Beauregard est aussi connu pour le château Beauregard, aujoudhui démoli.

Construit au 17ème siècle, son histoire est liée a celle de Miss Howard (1823-1865) un temps maîtresse et mécène de Napoléon III.

Miss Hariett Howard acquiert le château Beauregard en 1852, et le rénove totalement en 1855, pour le transformer en un magnifique palais d'architecture Napoléon III. Fille d'un bottier anglais, comédienne, très belle, elle épouse un officier anglais qui, à sa mort, lui laissera une importante fortune. Elle est présentée au futur Napoléon III en 1848 à Londres, alors que ce dernier est en exil. Ce fut le début de leur liaison, et en 1848, c'est elle qui finance la campagne présidentielle, puis le coup d'Etat. Empereur, Louis-Napoléon n'épouse pas Hariett, mais Eugénie de Montijo, et donne à sa maîtresse le château de Beauregard, avec le titre de comtesse. Elle qui avait permis à son amant de devenir empereur, fut totalement délaissée par lui et par la cour. Alexandre Dumas fils dira qu'elle "n'était comtesse que pour ses domestiques et ses fournisseurs". Elle habita une dizaine d'années dans son domaine, et y mourra en 1865. Le château fut occupé par les allemands en 1870, puis pendant la seconde guerre mondiale. Déjà plus ou moins à l'abandon, il était dans un état déplorable lorsque son propriétaire, le comte de Bendern, le légua à la Ville de Paris. Celle-ci le démolit en 1957, et construisit un programme de logements, conformément au voeu du comte, qui voulait en contrepartie le maintien d'un grand espace boisé. Il ne reste aujourd'hui du château de Beauregard que la travée centrale, qui s'élève, toute seule, au milieu des logements des années 50.
  lacelle-ChateauBeauregard.jpg lacelle-ChateauBeauregard--copie-1.jpg

 

Le diaporama (cliquer sur l'image ci-dessous)

bandeau.jpg

 

 

 

 

Etape 2 - Le parcours se poursuit par le parc du Château de Marly et le bourg de Marly le Roi (page non définitive).

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :