forêt de Marly

Publié le 25 Décembre 2010

P1030443P1030375-copie-1          Noël blanc dans la forêt de Marly

La neige aura été bien présente ce mois de décembre, et la forêt de Marly a pris un habit inhabituel. Grand soleil de surcroît ce jour de Noël, et une balade forestière rudement agréable, toujours en compagnie de Ramsès, enthousiaste à se balader quelque soit le temps.

 

P1030389  P1030383  P1030391  P1030393  P1030397  P1030399
 P1030451  P1030418  P1030429
 P1030416  P1030413  P1030400

 



 


 

18 juillet 2010

Photo0110La forêt n'est pas le paysage que je préfère, mais quand on habite en région parisienne, difficile d'avoir la nature que l'on veut. Et quand on a la chance d'avoir un accès à la forêt de Marly à 100 mètres de sa porte, eh! bien on en profite, et on ne peut qu' apprécier infiniment cette bouffée de nature à deux pas de La Défense.

 

La forêt de Marly, jusqu'au 18ème siècle forêt de Cruye, est une forêt domaniale de 2 000 hectares située dans les Yvelines à 15 kilomètres environ à l'ouest de Paris, entre St Germain en Laye et Versailles.

Depuis 1935 elle est entaillée dans toute sa longueur par l'autoroute A13.

C'est un ancien domaine de chasse des rois de France, Marly et sa forêt faisaient partie du domaine royal de Versailles. Louis XIV venait y chasser, soit de son château de Versailles soit de celui qu'il s'était fait construire à Marly-le-Roi. Des vestiges du mur d'enceinte du domaine sont visibles près de chez nous.

La forêt de Marly a ensuite fait partie du domaine des chasses présidentielles, qui comprenait outre marly, les forêts de Rambouillet et de Chambord. Le comité des chasses présidentielles qui les gérait dépendait directement du président de la république .

En 1995, le président Jacques Chirac, sur conseil de sa fille Claude et de Nicolas Hulot, sort la forêt de Marly des chasses présidentielles.

Le 28 juin 2010, Nicolas Sarkozy fait savoir à son premier ministre qu’il a décidé de mettre fin aux chasses présidentielles, qui seront remplacées par de simples battues de régulation.

Celles-ci semblent nécessaires, si on en croit un promeneur marlichois qui m'a dit que plus de cent sangliers avaient été abattus lors de la dernière battue de l'automne 2009. Information qui mérite d'être confirmée, n'ayant jamais pour ma part aperçu la moindre bête lors de mes très nombreuses et régulières expéditions dans la forêt. Mais peut-être que moi, elles m'ont repéré !

 

Photo0139
Photo0136

Un accès à la forêt est possible à partir de la gare

de St Nom-la-Bretèche (100m)

 Ramsès, mon enthousiaste compagnon de rando.
 Photo0111  Photo0133
 Photo0124  Photo0132
Jeux d'ombre et de lumière : miracle de la forêt.
 
 Photo0117  Photo0125
 Photo0120   Photo0137
De la Croix St Michel, on aperçoit les tours de La Défense.
  Etrange, non ?
Photo0127 Photo0129
Le GR1 traverse la forêt de Marly. Indication de la gare de St Nom à 1 km.
   

LaCroix Saint-Michel

croix-st-michel-actuel-copie-1.jpgcroix st michelIl existait autrefois dans la forêt de Marly une chapelle dédiée à St Michel de Chevaudeau. On y venait en procession le jour de la St Michel, le 29 septembre. Désirant s'approprier la forêt de Marly, le roi fit prendre en 1688 par le Conseil d'Etat un arrêté ordonnant "que les bois estant dans la frêt de Cruye, appartenant aux ecclésiastiques et particuliers ... feraient partie des premières emprises que nécessitait la formation du Grand Parc de Marly".

Dès lors, l'Abbaye de Saint-Germain cessa de desservir la chapelle Saint-Michel, qui tomba peu à peu en ruine. La démolition en fut décidée en 1714 par le cardinal de Noailles, archevêque de Paris. La décison prévoyait que les pierres devraient être utilisées pour les réparations de l'église de L'Etang-la-Ville, et qu'en souvenir de la chapelle, une croix serait édifiée. Ce qui fut fait.

En 1864, on raconte que des bucherons en ribote jetèrent le fragile monument dans les fougères, où il resta quelques années, jusqu'à ce que l'Administration des Eaux et Forêts rétablisse le socle en pierre et la croix de fer qui le surmontait, avec l'inscription "cette croix fut érigée en 1714, à l'emplacement de l'antique chapelle Saint-Michel de Chevaudeau".

Depuis quelques années, le petit monument a vu son état de dégrader fortement. L'endroit, qui offre une belle perspective sur l'Est parisien et notamment les tours de La Défense, était rempli de détritus, le monument tagué, la croix arrachée. A l'instigation de l'Association Les Amis de L'Etang-la-Ville , le dossier de restauration prend vie, pris en main par l'ONF.

En juin 2011, si l'endroit est propre, le socle en pierre reste tagué et sale, le munument reste sans croix. Classé Monument Historique, les travaux de restauration pourraient se faire fin 2011.

 

NB Les éléments d'information de cet article sont extraits de le revue "Bonne Nouvelle Pentecôte" 2011 n°21 

 


Rédigé par jdio

Publié dans #escapades

Repost 0
Commenter cet article