un système fou

Publié le 4 Avril 2012

Le taux de chômage a battu tous ses records en Europe: 10,8% de la population active, soit plus de 17 millions de personnes.

Qui plus est, c'est sans tenir compte de la précarisation en croissance exponentielle des emplois. Le CDI devient un bien rare, qu'on acquiert au bout de plusieurs années de CDD, d'interruptions de contrats, d'absence d'augmentation, d'impossibilité de se projeter dans l'avenir, de stress, d'indignation et, au bout du compte, de risque de démotivation. L'Allemagne, qu'on nous montre en exemple, et qui l'est sur beaucoup de points, doit une part de sa réussite à l'augmentation des CDD, qui génère un évident amoindrissement de la qualité de vie, et constitue une régression forte par rapport au progrès social des années antérieures.

Avec le ralentissement de la croissance des salaires que l'on connaît, la précarisation contribue à la paupérisation de la classe moyenne qu'on enregistre depuis dix ans.

L'Observatoire de la Pauvreté ne s'occupe pas de la classe moyenne, mais des plus pauvres d'entre nous. Un nombre croissant de personnes de cette classe moyenne y bascule, comme le montre la dernière étude de l'Observatoire.

L'étude ne porte pas malheureusement au-delà de 2009.

Elle montre que 8,2 millions de français vivaient en 2009 sous le seuil de pauvreté, soit 13,5% de la population. Parmi ces huit millions, deux millions sont considérés comme très pauvres, avec un revenu inférieur à 640€ par mois! Le rapport annuel de l'Observatoire tire la sonnette d'alarme.

Mais qui est capable aujourd'hui de l'entendre, en dehors des pauvres eux-mêmes et de ceux qui sont en train de le devenir?

Quels sont les dirigeants politiques et économiques qui s'en soucient véritablement? Quelle est la part consacrée à ce sujet essentiel dans la campagne électorale?

Et pourtant ! Alors qu'on ne parle que de croissance et de récession, pourquoi ne voit-on pas que cette panne de pouvoir d'achat créée par une politique sociale misérabiliste est une cause importante de cette panne de croissance ?

Le pdg de Publicis, toujours en poste malgré un âge avancé, s'était vanté de ne plus se faire rémunérer pour ses bons services à Publicis. ll vient de se verser 16 millions d'euros de dividendes ! dont il n'avait sans doute aucun besoin. Cela fera le bonheur des banques suisses, des paradis fiscaux et des conseillers patrimoniaux et fiscaux, mais cela sera sans effet aucun sur l'activité économique.

Et qu'on ne nous dise pas que c'est la concurrence des pays en voie de développement qui impose cette précarisation et paupérisation.

Décathlon et la grande distribution n'ont pas de concurrents internationaux en France. Pourtant ils ont été, et sont encore, les premiers à emprunter cette voie. Et ce n'est pas fini, puisque tous suppriment les caissières pour faire faire le boulot par ... les clients! Plus une seule caissière déjà au Décathlon de Plaisir, où il n'y a pourtant pas de magasins issus des pays à bas coûts. Mais le Groupe Auchan a besoin d'augmenter encore ses profits pour distribuer des dividendes à ses actionnaires (dont les plus grands sont des évadés fiscaux), et des bonus et des stock-options à une poignée de hauts dirigeants. Au détriment des classes moyennes et en dessous, et au grand dam de la santé économique du pays. Et à terme des distributeurs eux-mêmes.

Le système est devenu fou par la cupidité de quelques uns. Il construit aussi sa fin à venir.

 

 

 

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Commenter cet article