source d'espoir

Publié le 28 Juin 2012

Encore une réunion au sommet de l'Europe aujourd'hui et demain. D'abord les 27, ensuite les membres de la zone euro.

La crise qu'elle traverse actuellement est la plus sévère de son histoire, elle date de la crise financière de 2008 qui n'a pas fini de fournir ses effets.

Mais au-delà de l'effet Lehmann, la raison plus fondamentale de la crise de l'Europe est le doute qu'elle porte aujourd'hui chez les peuples et nombre de ses dirigeants. De marginal et mal-pensant, l'euro-scepticisme est devenu flamboyant et dans l'air du temps.

Il faut dire que la mondialisation est passée par là, avec les portes ouvertes à la circulation des hommes, des biens et des capitaux. Face à cela, un euro ultra fort, qui a satisfait les ego des banquiers centraux, mais qui a handicapé la compétitivité des industries européennes dans la guerre commerciale qui oppose l'Europe au reste du monde, et notamment à l'Asie.

Un euro fort, et unique à 17 pays, c'est une monnaie non réajustable par des dévaluations dites compétitives. A ce jeu là, les faibles sont condamnés à disparaître, c'est le cas de la Grèce, l'Espagne et le Portugal. Il ne faut pas compter sur s l'austérité et la rigueur pour restaurer la compétitivité, elle ne peut que l'aggraver, ni même sur la croissance qui n'aura pour effet, sans réajustement monétaire, qu'accroître le déficit de la balance commerciale.

Avec ses presque 100 milliards d'euros de défict de sa balance commerciale et ses 10% de chômage, la France est inévitablement la prochaine cible des marchés.

Le plan présenté par la France a l'immense mérite d'être global, et de s'inscrire dans une vision à moyen terme. Mais il arrive trop tard, ce n'est pas en pleine débâcle financière des États européens que l'Allemagne va accepter de mutualiser les dettes. Mutualiser les dettes de la Grèce, d'accord, de la France, c'est une autre paire de manche.

L'avenir de l'Europe est bien sombre,  le doute l'envahit, l'euro est en faillite. Elle ne résistera pas à une attaque des marchés contre la France. La dégradation de la dette française d'abord, puis de ses banques, à plusieurs reprises, alors même que les banques françaises étaient jugées il y a peu comme les mieux gérées du monde, doivent nous y préparer.

Dans ce noir paysage, une source d'espoir tout de même. Trois pays du sud figurent dans le dernier carré de l'euro (championnat d'Europe de foot). Voilà qui est de bonne augure pour la France, quand on sait que le prochain euro de foot aura lieu en 2016 ... en France !

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article