rue Montorgueil

Publié le 3 Novembre 2011

rue-montorgueil--1-.jpg

pointe-ste-eustache.jpg

La rue Montorgueil est située dans le 1er et le 2ème arrondissement de Paris, dans l'ancien quartier des Halles. Longue de 360 mètres, elle débouche rue Rambuteau, tout près de la pointe Sainte-Eustache (photo ci-contre).

Le pavillon de la marée était autrefois situé sur cette partie des anciennes halles, et c'est par la rue Montorgueil qu'arrivaient les poissons, portés par les solides chevaux de trait boulonais.

Si la rue est bordée de beaux immeubles classés aux Monuments historiques, autrefois hôtels particuliers, aujourd'hui divisés en appartements, ce n'est pas pour cela qu'on va flâner rue Montorgueil.

rue montorgueil (3) rue-montorgueil--5-.jpg rue-montorgueil--7-.jpg rue-montorgueil--17-.jpg
rue-montorgueil--11-.jpg rue-montorgueil--21-.jpg rue-montorgueil--22-.jpg rue-montorgueil--12-.jpg

 

Mais pour ses commerces et la vie qu'ils génèrent, qui n'est pas sans évoquer la fourmilière qu'était autrefois le quartier, avant le forum et les jardins, si contestés.

Les commerces de bouches restent nombreux, certains très anciens, dans la continuité des traditions ancestrales.

On citera le fameux restaurant "le rocher de Cancale", fondé en 1804 par Baleine, où lorettes, dandies, aristocrates, venaient manger des huîtres après le spectacle. Il est actuellement en restauration.

rue-montorgueil--9-.jpgC'est aussi le restaurant "escargot de Montorgueil", autrefois très réputé, banal aujourd'hui par sa cuisine, mais qui reste exceptionnel par son décor second empire. L'ouverture du restaurant date de 1832, il s'appelait alors "l'escargot d'or". Il fut acheté en 1919 par Terail, fondateur de la Tour d'Argent. Le tout Paris des années folles venait s'y encanailler.

rue-montorgueil--14-.jpgAu n°51, se tient la pâtisserie Stohrer, fondée en 1720. Remarquable décor du 18ème, c'est un pâtissier Stohrer qui eut l'idée en 1835 d'arroser de rhum le baba aussitôt démoulé. Le baba, sorte de gâteau de savoie avec raisins de Corinthe, raisins muscats de Malaga, cédrat confit, angélique confite, safran, avait été introduit au 18ème siècle par Stanislas Leszczynski, roi de Pologne, et père de l'épouse de Louis XV.

tribolet.jpgIl y aussi la boucherie Tribolet, "au boeuf du Cantal", qui a été la première à préparer et vendre la tête de veau.

Comme l'ensemble du quartier, la rue Montorgueil a évolué et continue de changer.

L'insalubrité du temps des Halles s'en est allée. Depuis 1969, immeubles et hôtels particuliers ont été restaurés, bourgeois et "bobos" ont remplacé le petit peuple des Halles. Le "ventre de Paris" s'est embourgeoisé, gagnant en propreté ce qu'il a perdu en âme.

Mais la rue Montorgueil, envahie elle aussi par les boutiques tendances qu'on retrouve à l'identique dans tous les quartiers chics, conserve encore quelque chose qui rappelle la vie d'antan. Plus pour très longtemps sans doute.

La rue Montorgueil, c'est aussi un célèbre tableau de Claude Monet peint en 1878, représentant la rue le 14 juillet, et jour de clôture de l'Exposition universelle.

MontorgueilMonet.jpg  
   




 

Rédigé par jdio

Publié dans #escapades

Repost 0
Commenter cet article