raison d'espérer ?

Publié le 15 Décembre 2011

Comme quoi il ne faut jamais désespérer, pas même de la justice.

chirac.jpgLe tribunal a donc rendu son jugement, et reconnu Jacques Chirac coupable de détournement de fonds et d'abus de confiance dans l'affaire des emplois fictifs.

C'est d'autant plus exceptionnel que personne ne s'y attendait, le parquet ayant fait le choix contestable et contesté de plaider l'innocence.

Deux ans avec sursis, ce n'est pas rien. Mais une bonne trentaine d'emplois fictifs, payés par les contribuables, ce n'est pas rien non plus. Jacques Chirac n'ira pas en prison, et personne ne le souhaitait à un homme affaibli de 79 ans, mais la condamnation est là, avec tout le sens qu'il faut lui attacher.

Car on peut espérer que nos hommes politiques, et plus généralement les hommes de pouvoir, s'y reprendront à deux fois avant de considérer que le pouvoir qu'ils détiennent leur donnent tous les droits.

C'est un lieu commun que d'évoquer ces lois et règlements qui ne sont pas applicables à ceux qui les font. Faites ce que je dis, pas ce que je fais!

Les privilèges abolis ont été trop souvent remplacés par un abus de pouvoir par ceux qui en détenaient, ne serait-ce qu'une parcelle. Comme si, sitôt qu'un poste de pouvoir est atteint, s'offrait l'opportunité de s'affranchir des lois. Réflexe humain sans doute, qu'on voit dans les pays où règne la corruption, dans les républiques bananières, et dans certaines démocraties où la France tient une place de choix. Il n'y a qu'à voir la réaction négative de la plus grande partie de la classe politique pour comprendre que les choses ne changeront pas d'ici longtemps. "C'est un jugement qui arrive trop tard" proclame Fillon, qui se fait offrir chaque semaine par le contribuable un aller-retour en avion pour aller dans son château de Sablé. Pourtant, Fillon n'ignore pas que la justice est lente, et qu'il n'y a pas si longtemps Chirac était intouchable par sa fonction de président de la république.

Alors que les gens de pouvoir devraient être un exemple, ils sont trop souvent un repoussoir et un modèle d'égoïsme et de vénalité, mettant leur intérêt personnel bien au-dessus de celui de l'entité qu'ils sont censés diriger.

Depuis trop longtemps le monde a fermé les yeux sur les errements des politiques et des élus. Depuis quelques années, des affaires sortent, mais ne font que vendre du papier-journal avant de finir en queue de non-lieu après plusieurs années.

Les choses changeront-elles avec la condamnation d'un ancien premier d'entre eux? 

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Commenter cet article