que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour ...

Publié le 8 Septembre 2011

... vous rendront blanc ou noir.

 

chirac.jpgProcès bizarre, on l'a dit, au Tribunal de Paris, où l'accusé Chirac s'est fait excuser pour cause de débilité (mais ce n'est pas grave pour le Conseil Constitutionnel, rassurez-vous !), et où l'accusation est totalement absente.

Les témoins à charge défilent, les deux magistrats du parquet se taisent, ne posant aucune question. Vous avez dit bizarre ?

Et pourtant, 100000€ par ci, 200000€ par là, pour des travaux bidons dont aucune preuve écrite ne subsiste, cela devrait interpeller le parquet, non?

Seul contradicteur de ce procès fantôme, la partie civile ANTICOR, association anti-corruption. Pour combien de temps? "Pour moi, vous n'existez pas", a dit Me Kiejman, défenseur de Jacques Chirac aux avocats de l'Association !

Le résultat est donc d'ores et déjà acquis : circulez, il n'y a rien à voir !

besancenot.jpgLa veille, le facteur de Neuilly, Olivier Besancenot, a été condamné, avec dix de ses collègues, pour séquestration de cadres de La Poste. Ils avaient occupé en 2010 le siège de la Direction départementale de La Poste, pour protester contre la réforme  "Facteurs d'avenir". Ils avaient séquestré quelques cadres, dixit le tribunal, pour amener le patron à bien vouloir les rencontrer !

La peine n'est pas très sévère, 1500€ avec sursis, mais la faute est reconnue, et sera mentionnée dans le casier judiciaire.

Jacques Chirac, lui, restera tout blanc. Sans préconiser qu'il finisse ses jours en prison, une condamnation même symbolique aurait été, pardon, serait, le procès n'est pas (officiellement) terminé, un signe donné aux français que notre République n'est pas aussi bananière que certains le disent.

"Nous n'avons pas les médecins de Chirac ni le bras droit de Bernard Tapie, mais nous avons notre conscience", a dit Besancenot à la sortie du Tribunal.

Qui sème le vent ...

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article