Renault montre que le recul de l'âge de départ en retraite n'est pas la solution

Publié le 28 Novembre 2010

Renault a proposé à 3000 salariés de partir à 58 ans... Drôle de timing, alors que la réforme, tout juste adoptée, prévoit justement l'allongement de l'âge légal.
 

renault-logo.jpgparisotLaurence Parisot, présidente du Medef a jugé "étonnant" la proposition d'accord de Renault, alors qu'une réforme relevant l'âge de départ de la retraite vient d'être promulguée. 

Pour l' Usine Nouvelle, le constructeur  a mis le feu aux poudres en annonçant ce plan de départs anticipés pour 3000 salariés. Une mesure qui, selon certains, remettrait en cause les fondements de la réforme des retraites promulguée début octobre.

On voit que tant qu'on n'aura pas une approche globale de l'emploi, traitant en même temps la retraite et l'emploi, on n'y arrivera pas.

C'est un leurre de croire que les entreprises souhaitent employer plus longtemps leurs salariés. Elles n'en ont ni la capacité ni la volonté. Ce n'est pas la volonté des salariés qui fait que le taux d'emploi des 55/60 ans est en France l'un des plus bas d' Europe. Les (grandes) entreprises n'ont rien à proposer aux seniors et n'ont pas le souhait de les retenir.  Leurs priorités d'aujourd'hui vont au recrutement de jeunes, moins rémunérés, et surtout au remplacement de l'homme par la machine et à la délocalisation dans des pays à bas coûts

C'est un leurre de croire qu'obliger les entreprises à conserver leurs seniors n'aura pas d'impact sur l'emploi des plus jeunes. Et qu'est-ce qui est préférable? un déficit des Caisses de retraite, ou un déficit des assurances chômage ? qu'est-ce qui est le plus insupportable? des retraités de 60 ans, ou des jeunes de 25 ans sans travail?

L'un des problèmes majeurs de l'économie française, et peut-être des économies occidentales, est sa faible capacité à créer des emploi. La réforme des retraites, aussi justifiée soit-elle, ne résout rien, si elle n'agrave pas le problème.

Comme toujours, le problème est abordé sous un seul de ses aspects, et sous son approche comptable. Aujourd'hui la retraite. Demain l'emploi. A quand une analyse globale ?

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article