pot de terre contre pot de fer

Publié le 13 Février 2012

Et le pot de terre a gagné la première manche.

Le pot de terre, c'est un agriculteur bordelais de 47 ans. En 2004, en ouvrant la cuve d'un pulvérisateur, il reçoit au visage des vapeurs de Lasso, un puissant désherbant produit par Monsanto, le leader mondial de l'agrochimie.

Il est très vite pris de nausées, puis de troubles (bégaiement, vertiges, maux de tête, troubles musculaires...) qui l'obligeront à interrompre son activité pendant près d'un an. Aujourd'hui, il ne travaille plus qu'à mi-temps, en proie à des fatigues chroniques et à des maux de tête tenaces. Les médecins considèrent que son système nerveux central a été affecté.

monsanto.jpgLe pot de fer, c'est le géant Monsanto, producteur agro-chimique qui règne sur l'agriculture mondiale, et a transformé le paysan en sous-traitant.

Pour la première fois, un tribunal de grande instance a reconnu la responsabilité de Monsanto eu égard à la dangerosité du produit pour l'homme, du non affichage de sa composition, et de la non recommandation de porter un masque lors de sa manipulation.

Un jour viendra où l'usage abusif des produits phyto-sanitaires utilisés en masse par l'agriculture moderne, que Monsanto et les autres veulent assujettir à leurs impératifs commerciaux, sera reconnu pour expliquer l'apparition et la diffusion de nombre de cancers, de même que ses conséquences désastreuses sur la faune et la flore.

Monsanto va évidemment faire appel, le combat ne fait que commencer. Une première étape vient peut-être d'être gagnée pour "humaniser" une agriculture que les chimistes se sont approprié dans un but exclusivement mercantile.

Il serait déraisonnable sans doute d'exclure par principe l'utilisation de ces produits. Mais leur excès est tout autant extravagant, et va conduire, c'est une loi de la nature, à un rééquilibrage salutaire.

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article