pervers, les manchots?

Publié le 10 Juin 2012

manchots.jpgPas les habitants de la Manche, dont l'auteur est originaire, mais ces aimables oiseaux à la démarche à la Charlot.

George Murray Levick est un explorateur britanique, qui a fait malencontreusement partie d'une expédition malheureuse en Terre Adélie: le bateau s'est échoué, et GML a dû passer l'hiver 1911-1912 dans une grotte glacée en attendant les secours. 

Mais d'un mal - il faillit mourir de faim et de froid - peut jallir un bien,  on le sait bien. Cela lui a fourni en effet l'opportunité d'observer le cycle complet de reproduction des manchots. Et à l'heure qu'il est, il reste le seul scientifique à l'avoir fait.

Toutes ces observations sont contenues dans un rapport écrit conservé au Museum Naturel de Londres. Ce document était oublié, et vient d'être redécouvert.

Et que nous révèle-t-il?

Que nos amis manchots, à qui on donnerait le bon dieu sans confession, qu'on transforme en peluche pour accompagner le sommeil et les jeux de nos chers bambins, sont des animaux pervers !

Homosexualité, actes pédophiles sur des poussins, tentatives de copulations sur des femelles décédées, seraient pratique courante de nos amis manchots (dont ne font pas partie les cherbourgeois, je le rappelle). Tout cela avait été repris et minitieusement décrit par GML dans un rapport dédié intitulé "Les habitudes sexuelles des manchots d'Adélie".

Selon Douglas Russell, conservateur du Muséum d'histoire naturelle qui a redécouvert l'article de Levick, les moeurs sexuelles des oiseaux qui ont tant scandalisé le scientifique sont à imputer au climat de l'Antarctique. Les manchots n'ont que quelques semaines pour effectuer leur cycle de reproduction, qui démarre en octobre. "Les jeunes adultes n'ont tout simplement aucune expérience de la manière de se comporter", explique le conservateur. "D'où l'apparente dépravation de leur comportement".

Nous les humains, on n'a rien à craindre. Il fait moins froid là où on vit qu'en Terre Adélie, et en plus on a le réchauffement climatique.

Ouf ! encore un peu, on deviendrait aussi vicieux que les manchots !

 

NB Cet article est inspiré d'un aricle paru dans l'édition électronique du Monde du 10 juin.

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article