mort de l'euro avant Noël?

Publié le 26 Novembre 2011

Jacques Attali croit à la mort de l'euro avant Noël si les bonnes mesures ne sont pas prises très rapidement.

attali.JPGEn écrivant sur la crise de l'euro et de la dette, je craignais parfois de faire preuve de trop de pessimisme et de défaitisme. Il n'était rien par rapport à celui de Jacques Attali, bon expert s'il en est, et qui tire les sonnettes d'alarme depuis de longs mois.

Dans le quotidien gratuit "20 minutes", Attali n'y va pas par quatre chemins.

La question qu'il pose? Est-ce que l'euro existera toujours à Noël?

Et de répondre que pour lui, " il y a plus d'une chance sur deux pour que la monnaie unique ne soit plus là, ou du moins qu'elle soit en train de se défaire ".

Un plan à trois niveaux.

La solution selon Attali est un plan à trois niveaux, qu'il faut lancer maintenant, avant la prochaine réunion des dirigeants de l'UE prévue le 9 décembre:

- permettre à la BCE de racheter les obligations d'Etat, à l'instar de toutes les banques centrales, sauf la BCE. La finalité ? éviter ou limiter la hausse des taux d'intérêt. La France soutient la position, l'Allemagne s'y oppose fermement.

- faire un accord sur la mise en place d'un contrôle des budgets des États par l'autorité européenne. La finalité ? Que tous les États européens aient une politique budgétaire homogène, dans le respect des accords de Maastricht. La rigoureuse Allemagne en est partisane, la France souverainiste s'y oppose.

- adapter les traités européens pour que l'Europe ait des recettes fiscales et une capacité propre d'emprunts.

Globalement, il s'agit d'apaiser les marchés en leur montrant une Europe économique et financière homogène et unie, à même de prendre le relais des États dans les actions de défense de la monnaie.

Une mise en oeuvre urgente.

Jacques Attali préconise le lancement de ces trois actions en même temps. Et cela doit aller très vite. Il ne suffirait que de 5 minutes pour lancer la première, une semaine pour la deuxième, 6 mois pour la troisième. Et les trois doivent être lancées en même temps. Sinon, ce sera la mort de l'euro.

Il est vrai que les ratios financiers de la zone euro, aussi médiocres qu'ils soient, sont bien meilleurs que ceux du Royaume-Uni et des États-Unis, que les marchés laissent en paix. Pourquoi? Parce que pour faire face aux marchés, il y a des autorités économiques et financières qui ont la volonté et la capacité d'agir. Ce qui manque cruellement à l'Europe,  dont la monnaie commune n'a pour la défendre que des banques centrales de pays souverains aux politiques économiques, fiscales, budgétaires totalement indépendantes.

Si rien n'est fait, l'Europe ne pourra pas résister à la montée des taux d'intérêt qui est entamée. La charge de la dette représente déjà 30% des recettes fiscales en France. Les choix sont dorénavant plus que limités.

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article