Lourdes

Publié le 2 Septembre 2012

On voit le pire et le meilleur à Lourdes.

Le pire, c'est le commerce de la bondieuserie et de la superstition à bon compte. Les saintes vierges en plastique, les gourdes à remplir de l'eau miraculeuse de la source de la grotte, les chapelets et autres bimbeloterie religieuse sont étalés sans pudeur tout au long des rues de la ville.

Le meilleur, ce sont ces centaines de bénévoles qui conduisent les malades, pas tous grabataires, à travers la ville, vers la grotte miraculeuse et les fastueuses basiliques. C'est aussi cet élan de foi et d'espérance qui habitent ces milliers de personnes malades ou handicapées, qui ne trouvent plus à espérer que dans une improbable miséricorde divine.

Loin de la finance internationale et des millions d'euros gagnés par les spéculateurs peu scrupuleux, loin de cette partie apparente de nos sociétés qui est mue par les seuls appâts de gains faciles et les plaisirs superficiels de la consommation.

le diaporama

Rédigé par jdio

Publié dans #escapades

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article