le street art

Publié le 21 Mars 2012

En français, c'est l'art urbain.

streetart-.JPG

Pour le plus grand nombre, il est associé au tag. Vous savez, ces graffitis qui fleurissent sur ces grandes surfaces de béton de locaux souvent désaffectés, ou sur ces murs tristes à mourir qui longent les voies ferrées des banlieues. On passe le plus souvent sans les regarder, nos yeux conformistes les associant spontanément à des graffitis peints par de sales gosses dégradant les lieux publics.

L'art urbain donc, on passe sans le voir.

Et pourtant!

L'art urbain, ou « street art», c'est un mouvement artistique contemporain à part entière. Il regroupe toutes les formes d’art réalisé dans la rue et dans des endroits publics, réalisé par le biais de diverses techniques : le graffiti, le pochoir, la mosaïque, les stickers ou les installations. C'est principalement un art éphémère, pouvant être vu par un très grand public, à vocation de l'être en tous cas le plus souvent

Extrait de Wikipedia : L'art urbain commence à s'épanouir en France à partir de Mai 1968 mais le mouvement est « officialisé » au début des années 1980 sous l'influence, entre autres, d'Agnès b. et, ponctuellement (expositions, soutien au tag), de Jack Lang. Se considérant comme un mouvement artistique autonome, voire parallèle au tag et au graffiti, l'art urbain a pour initiateurs des artistes tels que Zlotykamien, Daniel Buren, Ernest Pignon-Ernest. Au début des années 1980, ses pionniers sont Blek le rat, le groupe Banlieue-Banlieue, Jérôme Mesnager ou Miss.Tic, Jean Faucheur, les Frères Ripoulin, Nuklé-art, Les Musulmans fumants, les VLP, Jef Aérosol, puis Nemo, Mosko et associés ou André. Avec l'arrivée d'Invader et de Zevs (les @nonymous), à la fin des années 1990, apparaît l'appelation « post-graffiti ».

streetart.JPG

Depuis la fin des années 1990, avec l'émergence d'artistes comme Shepard Fairey aux États-Unis, de Banksy en Grande-Bretagne, de Blu en Italie, d'Influenza aux Pays-Bas, de Akayism en Suède, l'art urbain est un des premiers mouvements artistique international. Présenter l'art urbain comme un mouvement artistique se justifie dans la mesure où ses représentants (Zevs, Shepard Fairey, Space Invader, Banksy, Ron English) sont en relation directe, constituant un champ artistique d'interaction comme l'illustre le film de Banksy. Un bon exemple est l'initiative de Space Invader qui a ouvert une galerie en 2003 et y a invité Shepard Fairey. De même que les cubistes ou les impressionnistes se côtoyaient, les artistes urbains créent en orchestration, un corpus unifié. En un mot, ils exposent tous dans la même galerie : la rue.

En illustration, le lien vers un très beau webdocumentaire. Il est composé, après quelques brèves images introductives, de huit films de 5 à 7 minutes, sur 8 villes et 8 artistes différents dans le monde. A ne pas manquer.

Le web documentaire : http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/

Athènes  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/bleeps

Paris  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/ludo

Turku  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/pallo

Bogota  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/bastardilla

New-York   http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/meres-one

Kibera  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/bankslave

Singapour  http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/trase-one

Sao Paulo   http://www.francetv.fr/defense-d-afficher/fr/#/orion

 streetart2.JPG

 

.

Rédigé par jdio

Publié dans #un peu de culture

Repost 0
Commenter cet article