le Jurançon

Publié le 4 Septembre 2012

Le Jurançon est un joli terroir au sud ouest de Pau, qui produit certes un vin blanc savoureux, mais qui présente un maison-environnement--14-.jpgpaysage vallonné très agréable et des communes au patrimoine historique et architectural intéressants.

Les deux personnages historiques clés de la région sont Gaston Phébus et Henri IV. Leurs traces se retrouvent partout.

Le vin de Jurançon est très ancien. Il est remarquable par la hauteur des cépages, afin que le fruit et les feuilles ne touchent pas le sol souvent humide en raison de la proximité des Pyrénées, et de sa plantation en terrasse, prenant la forme parfois d'amphithéâtre grec (photo ci-contre).

La Commande

lacommande--14-.jpgFondée en 1100 et 1124, « la Commanda deu Fager d’Aubertin » était la pièce maîtresse du réseau d’hôpitaux mis en place par Gaston IV le Croisé lors de la reconquête de Saragosse (1118) sur les Maures. En faisant passer la majorité des pèlerins d’Arles par le col du Somport, Gaston IV conjuguait son destin politique au grand mouvement qui poussait la chrétienté vers St Jacques. L’église romane, dédiée à St Blaise, est un joyau de l’art roman.

Restaurée, la Commanderie accueille aujourd’hui des expositions d’arts plastiques.

 Moneim

monein--5-.jpgAu cœur de Béarn, bordé par les coteaux où mûrit le raisin qui fera le vin de Jurançon, Moneim est dominée par l’imposante église de St Girons. Elle est classée comme étant la plus grande église gothique du Béarn. Elle abrite une exceptionnelle charpente toute en cœur de chêne, qui se présente sous la forme d’un double coque de navire dissymétrique renversée (non vue).

Oloron Ste Marie

Au sud du terroir, et n'en faisant pas partie sans doute, Oloron est une jolie cité au confluent du gave d'Aspe et du gave d'Ossau.

L'église Ste Marie présente un très beau clocher-porche en marbre pyrénéen, élevé à la demande de Gaston IV le croisé (1090-1131), vicomte de Béarn, après son retour de la 1ère croisade, dont il fut un des héros.

On se promène agréablement dans le quartier Ste Croix, ses ruelles, son église et sa promenade Bellevue construite sur les anciens remparts. 

Navarrenx

Ancienne position stratégique sur l'une des routes de Compostelle, Navarrenx est une bastide édifiée en 1316, ceinte d'une enceinte bastionnée construite en 1540 sur l'ordre d'Henri d'Albret, père d'Henri IV. La porte St Antoine en reste l'élément le mieux conservé.

Le vin de Jurançon

Historique

Produit sur 900 ha de vignes plantées au flanc des coteaux pentus, face à la chaîne des Pyrénées.

Au 16ème siècle, les princes de Béarn et le parlement de Navarre introduisent le notion de « cru » suivant la valeur des parcelles, premières tentatives de classement en France, bien avant tous les autres vignobles, premières protections pour préserver l’authenticité des vins de Jurançon.

En 1553, à la naissance du futur Henri IV, le Jurançon entre dans l’histoire de France : les lèvres frottées d’une gousse d’ail et humectées d’une goutte de Jurançon, le royal baptisé se vit insuffler une vigueur et une fougue qui ne devaient plus le quitter.

Le vignoble traversera les siècles et les nombreux avatars de l’histoire récente pour reconquérir ses lettres de noblesse grâce à une dynamique de qualité.

Le vignoble

maison-autour--6-.jpgEntre Lourdes et Biarritz, dans une zone de coteaux à une altitude moyenne de 300m, le vignoble s’étale sur une quarantaine de kilomètres. Il est composé de petites parcelles blotties dans des combes ensoleillées qui s’étagent dans un cadre verdoyant parmi de nombreux palmiers et bananiers, des terrasses du château de Pau à la grandiose chaîne des Pyrénées.

Pour exploiter les meilleurs terroirs souvent très pentus, il peut être planté en terrasses qui prennent parfois la forme d’un amphithéâtre.

Le sol silico-argileux est riche en galets roulés portés par les torrents et glaciers pyrénéens .

Le vignoble est divisé par une ligne est-ouest : au sud, le sous-sol provient de sédimentations marines déposées avant et pendant la formation des Pyrénées. Au nord, des sols terriens : poudingues de Jurançon, galets calcaires et argiles à graviers siliceux, mis en place à la formation des Pyrénées.

Les cépages

Ce sont des cépages spécifiques et locaux, bien adaptés aux conditions du climat (rigueur montagnarde, douceur océanique, chaleur méridionale) : ceps très hauts pour éviter les gelées du printemps et grains très résistants.

Le gros Manseng 60% : cépage de base des Jurançon et des Jurançon moelleux jeunes.

Le petit Manseng 35% : cépage à petites baies et peau peu épaisse, très apte au passerillage, produit les grands moelleux de garde.

Les Courbu, Camaralet, Lauzet 5% : apportent une pointe aromatique épicée.

Caractéristiques des vins

Les sols marins au sud, des sols terriens au nord donnent des vins blancs qui sont aussi bien les compagnons des fruits de mer que du foie gras.

Jurançon sec : la robe est plus ou moins dorée, nuancée de vert. Jeunes, ils développent des arômes floraux (genêt, acacia, fruit de la passion). Plus vieux, on y trouve de l’amande grillée, des fruits secs.

En bouche, ce sont des vins ronds, avec de la sève et de la longueur, des vins virils et de caractère.

Jurançon : les vins moelleux associent la rondeur due au sucre et la fringance d’une pointe d’acidité qui assurent douceur, nerf et charpente. La robe est « or vert » pour les plus jeunes, ou « vieil or » pour les plus vieux. Au nez, ils exalent des arômes de fleurs blanches, miel, grillé, fruits confits.

Ce sont des vins d’ambre et de lumière, qui font partie de la famille prestigieuse des grands vins liquoreux français.

Durée de conservation

Selon la sélection du raisin, la vinification et l’élevage, les vins s’apprécient jeunes ou acquièrent la structure nécessaire à une longue garde.

Les vins jeunes : mis en bouteille dans l’hiver qui suit la récolte, à boire dans les 2 à 3 ans pour profiter du fruit et de la fraîcheur.

Les grands vins : 2 ans d’élevage avant mise en bouteille, vins aptes à un long vieillissement : 5 à 10 ans pour les secs qui acquièrent un bouquet d’une rare distinction, 15 à 25 ans pour les moelleux qui deviennent une véritable liqueur au bouquet puissant et somptueux.

Conseil du sommelier

Les secs : à 8/10° pour les vins jeunes, avec coquillages, crustacés, poissons. A 10/12° pour les vins vieux, avec saumon, truite de montagne, pibales, coquillages, crustacés.. mais aussi en apéritif, en entrée ou avec charcuterie, omelette aux asperges, piperade, fromage de chèvre.

Les Jurançon : à 10/12°, dès l’apéritif, puis avec foie gras, saumon fumé, viande blanche en sauce, fromage de brebis, roquefort.

le diaporama

Rédigé par jdio

Publié dans #escapades

Repost 0
Commenter cet article