le château d'Anet

Publié le 20 Mai 2011

Diane-de-Poitiers

Situé à 70 km à l'ouest de Paris, le château d'Anet est étroitement lié à deux noms illustres, Diane de Poitiers et l'architecte Philibert Delorme.

 

Femme de la Renaissance, Diane de Poitiers naît en 1499 dans la Drôme. A 16 ans, elle épouse le marquis Louis de Brézé, son aîné de 40 ans. Elle eut deux enfants de ce mariage, avant de devenir veuve en 1531, elle a 32 ans.

Auparavant, elle sera devenue dame d'honneur de la reine Claude, puis de la mère du roi, Louise de Savoie, et enfin de la reine Eléonore. Le roi lui confie la charge de l'éducation de son fils cadet, quand il revient d'Espagne où son frère et lui étaient otages de Charles Quint en garantie du paiement de la rançon due par le roi français à l'Espagne après la défaite de Pavie. Henri a 11 ans, Diane 31. Le roi est ébloui par Diane, il le restera jusqu'à sa mort.

On estime qu'ils seront amants en 1538. François 1er est toujours sur le trône, mais la mort de son fils aîné en 1536 fait d'Henri le dauphin. Il s'est marié en 1533 avec Catherine de Médicis.

Belle, intelligente, cultivée, brillante, Diane eut une influence très forte sur le roi et les affaires du royaume. En conflit avec la duchesse d'Etampes favorite de François 1er, elle devient toute puissante à la mort de ce dernier en 1547. Elle fera chasser la duchesse de la Cour.

Voir article les femmes qui ont fait l'histoire.

  Louise de Savoie

mère de François 1er

  Claude de France

épouse de François 1er

  Eléonore

2ème épouse

de François 1er

  Catherine

de Médicis

épouse d'Henri II

  Anne 

de Pisseleu

favorite de

François 1er

LOUISE_DE_SAVOIE.jpg claude_de_france.jpg eleonore-copie-1.jpg catherine_de_medici.jpg pisseleu.jpg


chenonceaux.jpgTrès soucieuse de ses intérêts financiers, férue d'arts, de belles lettres, elle se fait offrir par Henri le château de Chenonceaux (ci-contre), en même temps que la construction du château d'Anet, sur des terres dont elle a hérité de son défunt mari. C'est l'architecte Philibert Delorme qui a la charge de la construction.

En 1559, Henri II est grièvement blessé lors d'un tournoi, au lieu de l'actuelle place des Vosges. Un éclat de la lance du  comte de Mongommery, qu'il affrontait, pénètre dans l'oeil. Le chirurgien Ambroise Paré parviendra à l'ôter, après avoir fait des essais sur des prisonniers (!) , mais ne sauvera pas la vie du roi. Catherine de Médicis devient alors régente, et chassera de la Cour la trop belle Diane. Elle se retire à Anet, où elle meurt en 1566, empoisonnée par overdose de liqueur d'or, réputée efficace contre le vieillissement. Elle n'aura pas eu d'enfant du roi de France.

Quoiqu'ayant combattu en combat régulier, et qu'ayant par la suite servi loyalement le connétable Anne de Montmorency, Catherine n'aura de cesse de se venger. Elle y parviendra en 1574, quand elle le fit décapiter.

 

Le château d'Anet était l'un des plus beaux exemples de l'architecture renaissance française. La révolution lui coûta deux de ses trois ailes. Le château était en effet constitué de trois ailes en U, fermé par l'actuel portail d'entrée, surmonté d'une sculpture de Diane par Benvenuto Cellini, et encore au-dessus, d'une grande horloge dominée par un cerf et quatre chiens. Jadis, ces animaux donnaient l'heure, les chiens en aboyant, le cerf en remuant du pied.

P1040830.jpg P1040831.jpg P1040846.jpg P1040853.jpg 

 

L'aile existante (gauche du portail d'entrée) fait face à la très belle chapelle en forme de croix grecque, bâtie par Philibert Delorme. On admirera l'un des premiers dômes construits en France. A l'intérieur, le dessin losangé des caissons donne crée une surprenante illusion d'optique. La chapelle était acolée à l'aile du château, permettant à Diane un accès direct à la tribune de la chapelle.

Anet-ancien.jpgdessin à la plume de Jacques Rigaud, XVIIIème s.

L'aile subsistante n'a pas été habitée par Diane, qui occupait l'aile faisant face au portail d'entrée. Elle a été restaurée par la famille Moreau qui en est propiétaire depuis cinq générations (avec des successions par les femmes). On peut y admirer un superbe mobilier renaissance, des objets ayant appartenu à Diane, des plafonds, tapisseries remarquables.  La prise de photos étant interdite, les vues ne portent que sur l'extérieur.

Légèrement à l'écart, une deuxième chapelle a été terminée en 1577, soit dix ans après la mort de Diane. On peut y voir une belle statue de Diane en marbre blanc due à Pierre Bontemps. Les ossements de Diane et de sa fille y reposent depuis mai 2010.

P1040840.jpg P1040847.jpg P1040834.jpg P1040838.jpg P1040849.jpg P1040872.jpg

P1040833.jpg

Rédigé par jdio

Publié dans #escapades

Repost 0
Commenter cet article