Houellebecq récompensé par le Goncourt

Publié le 8 Novembre 2010

Et voilà! Houellebecq et Flammarion ont eu le prix Goncourt.

houellebecq1-copie-1.jpgHouellebecq qui l'avait par deux fois raté de peu, et Flammarion qui pourtant n'est ni Grasset, ni Gallimard ni le Seuil. La récompense d'un vrai écrivain et d'un excellent  roman, un vrai Houellebecq, un poil moins pessimiste que les précédents.


12 septembre 2010

"La carte et le Territoire ", de Michel Houellebecq

houellebecq

C'est un écrivain pas ordinaire que Michel Houellebecq. On aime ou on n'aime pas son regard décapant, décalé  et désabusé sur le monde, mais on ne reste pas indifférent. Son dernier livre "La carte et le territoire" est bien sûr fidèle à cet univers. Son héros Jed Martin est un  homme terne, un autre Houellebecq sans doute,  mais qui pourtant connaît par la photographie et la peinture la réussite sociale et financière. A l'instar de son créateur, et à son étonnement et sans qu'il l'ait expressément désiré. Son regard sur le monde est distancié, sans haine, mais sans amour non plus.

Avec le succès, Jed fréquente des people, Frédéric Beigbeder ou Michel Houellebecq lui-même. D'abord dans le refuge irlandais de ce dernier, ensuite dans sa maison familiale du Loiret qu'il a rachetée entre temps. Les rencontres entre Jed et Houellebecq sont l'occasion de portraits sans complaisance de l'auteur pour lui-même :" ... oui, d'après tout ce qu'il savait des femmes, il paraissait probable que certaines d'entre elles aient pu s'éprendre de ce débris torturé qui dodelinait maintenant de la tête devant lui en dévorant des tranches de pâté de campagne, manifestement devenu indifférent à tout ce qui pouvait s'apparenter à une relation amoureuse, et vraisemblablement aussi à toute relation humaine."

Extrait : "Jed n'était pas jeune, il ne l'avait à proprement parler jamais été; mais il était un être humain relativement inexpérimenté. En matière d'êtres humains, il ne connaissait que son père, et encore pas beaucoup. Cette fréquentation ne pouvait pas l'inciter à un grand optimisme, en matière de relations humaines. Pour ce qu'il en avait pu en observer l'existence des hommes s'organisait autour du travail, qui occupait la plus grande partie de la vie, et s'accomplissait dans des organisations de dimension variable. A l'issue des années de travail s'ouvrait une période plus brève, marquée par le développement de différentes pathologies. Certains êtres humains, pendant la période la plus active de leur vie, tentaient en outre de s'associer dans des micro-groupements, qualifiés de familles, ayant pour but la reproduction de l'espèce; mais ces tentatives, le plus souvent, tournaient court, pour des raisons liées à la "nature des temps", se disait-il vaguement ..."

Jed Martin va peu à peu laisser sa place de personnage principal à Michel Houellebecq lui-même, pour un roman d'auto-fiction le mettant en scène dans un personnage d'auteur dépressif.

Comme écrit dans l'article ci-dessous, Michel Houellebecq a écrit un" roman puissant" ... portant un "regard dévastateur" sur son époque.


houellebecq'  

 

   Article paru dans "20 Minutes" du 6 septembre.

   Lien vers l'article de Libération

Rédigé par jdio

Publié dans #un peu de culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article