encore une fillonade !

Publié le 23 Septembre 2011

fillon.jpgIl y a au moins une qualité qu'on ne peut nier à François Fillon, c'est la suite dans les idées.

Voilà un homme, haut placé, il est Premier Ministre, tout le monde ne le sait pas, qu'on n'entend ni ne voit jamais. C'est pourquoi il est populaire.

Sauf à deux occasions.

Quand, le week-end,  il va jouer au chatelain dans sa Sarthe natale.

Le TGV qui le met à 2km de son manoir n'est pas assez bien pour Monsieur le Premier Ministre. Alors voiture de fonction, et avion gouvernemental à Vélizy. En chemin, le cortège premierministrel aura fait dégager à grand renfort de sirènes et coups de sifflet les citoyens automobilistes usagers de la RN 118.

La deuxième, c'est au hasard des popotes provinciales.

Est-ce le surplus d'apéro qui le grise, ou la satisfaction d'avoir un public tout acquis, là il se lâche. Et pour parler de quoi, je vous le demande? de la retraite. C'est le seul sujet qui l'intéresse, François. Pousser les gens au boulot le plus longtemps possible. C'était déjà son dada quand il était Ministre du Travail, où il avait bien berné les syndicats en portant à 40 annuités au lieu de 37,5 le nombre de trimestres nécessaires à un départ à taux plein. Et depuis, il ne se sent plus, le François, il n'a de cesse d'en rajouter. A chacun son obsesssion, non?  De 40 trimestres, on est passé à 42, objectif 45, l'age de départ est fixé à 62 ans, l'âge légal est repoussé à 65. Hier il lance un scud : pourquoi pas 67ans, comme les allemands. Au nom de la convergence !

Sauf que les allemands, les 67, c'est pour 2029. Et quand on a 35 annuités à 62 ans, on part la retraite pleine. On ne pourrait pas converger par là?

Et sauf aussi que les allemands n'on pas bradé l'industrie comme on a fait, et que les problèmes d'emploi y ont, un peu, moins d'acuité.

Et sauf aussi que la démographie allemande n'est pas la même que la française. Chez nous il y a plein de jeunes, on fait plus d'enfants qu'en Allemagne, et plus longtemps. Regardez Sarko !

 

Et pendant ce temps là, quasiment au même moment, le patron de PSA annonçait la suppression possible de 10% des emplois du Groupe en France. Qui ont déjà baissé de 20% ces cinq dernières années.

Il sait ça, François ? Et ce ne sont pas les banques qui vont compenser. La SG a annoncé que 2000 emplois seront supprimés, sans qu'il ait été dit où et quand, et BNPP serait sur le point d'en faire autant. Il faut dire que la Banque de Marché et les produits dérivés sont à la dérive, et que la Banque de Détail va devoir traîner de vastes réseaux où les clients ne vont plus.

PARISOT5.JPGLa dame patronesse Parisot a approuvé.

Mais sait-elle que partout on rencontre des gens qui ont été poussés à partir à 57 ou 58 ans par ces mêmes entreprises qui adhèrent au Mouvement qu'elle est censée représenter ?

Remarquez en général, ils ne le regrettent pas, mais le choix était entre un bon départ bien rémunéré, ou un placard bien poussiéreux.

Sait-elle, la chef patronne, que dans les entreprises, les RH ne savent pas que faire des 55 ans et plus, et que touver un poste pour les seniors relève de l'impossible?

Sait-elle, Mme Parisot, que la France est un pays jeune, avec une des démographies les plus fortes d'Europe ? Et que si la France n'est pas capable de donner du boulot à ces jeunes, la colère pourrait conduire au pire?

Les retraites coûtent cher, c'est vrai, notamment celles des députés et des sénateurs. Mais les indemnités de chômage sont aussi coûteuses. Je n'ose pas imaginer (antiphrase qui veut dire que si, j'ose !) que FF préfère le chomage des jeunes en recherche d'un premier emploi, puisque n'étant pas indemnisés, leur coût financier est moindre ? Fillon le cynique faux gentil en est capable, vous savez. Mais c'est un choix à très courte vue, qui peut coûter très cher à la société toute entière.

Attention, danger.

On est en face d'un curieux paradoxe, qui veut faire travailler plus longtemps des gens qui souvent en ont marre, pour des entreprises qui n'en veulent plus.

Alors que des milliers de jeunes attendent à la porte de l'embauche !

Sachant que les partants, qui partent moins, ne sont plus remplacés un pour un, il y a au moins un secteur en France qui a de l'avenir : le chômage !

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article