des poisons dans nos assiettes

Publié le 4 Décembre 2010

"Générations futures" a étudié l'alimentation type d'un enfant de 10 ans : des poisons plein l'assiette !

tetemort 019Dans le cadre d'une campagne d'action sur les causes environnementales du cancer,  Générations futures a réalisé une étude à partir d'une alimentation typique d'un enfant d'une dizaine d'années. Les menus ont été imaginés en prenant en compte les recommandations sur les fruits et légumes, les goûters, les produits laitiers.

Le résultat est terrifiant. Des substances cancérigènes pullulent dans les assiettes. Plus de 80 produits à la dangerosité possible ou avérée (tels arsenic, mercure) : 42 sont classés comme cancérigène possible ou probable, 5 comme certains, 37 sont des perturbateurs endocriniens possibles. 

Conservateurs et édulcorants sont présents en quantité très importante. Mais ce qui est le plus à craindre, c'est le cocktail explosif que représentent ensemble tous les résidus de polluants, pesticides et additifs. Il a été détecté jusqu'à quinze pesticides dans le saumon, des pesticides hors réglementation européenne dans les haricots verts et autres produits importés d'Asie et d'Afrique.

Certes chaque substance chimique présente, quand elle est autorisée, reste dans les limites fixées par la loi. Mais quid de l'accumulation ?

Conclusion : il faut se préparer à une crise sanitaire.

L'espérance de vie aux Etats-Unis ne progresse plus, et l'espérance d'un homme de 45 ans de vivre encore 15 ans y est en baisse (voir article du Figaro) .

S' attaque-t-on au problème ? Est-ce qu'on ne se contente pas de tenter de guérir par le recours à la médeçine, sans avoir une vraie politique préventive ? Le bio n'est pas ou peu encouragé, voire dénigré par des pseudo-études scientifiques financées par les lobbyes; les produits industriels et agricoles sont insuffisamment contrôlés, ou le sont sur la base de normes individuelles qui ne prennent pas en compte l'accumulation.

En 25 ans, le nombre de cancers a doublé, avec une augmentation constante chez l'enfant. Sans oublier la progression galopante du diabète : +40% en 10ans, ou des allergies, dont le nombre a été multiplié par cinq en vingt ans.

Difficile de ne pas faire le lien, non?

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article