des catastrophes pour stopper l'inconscience ?

Publié le 12 Mars 2011

Les catastrophes qui font le malheur du Japon aujourd'hui sont aussi là pour nous rappeler les dangers énormes que fait courir à l'humanité la prolifération des centrales nucléaires.

fuku.jpg

Le Japon est le pays qui a eu le plus, et le plus tôt, à souffrir du danger atomique. Il est inimaginable que des centrales nucléaires aient pu être construites dans ce pays, où les risques sismiques ne sont pas des risques, mais des certitudes. On n'ose imaginer les arguments mis en avant par les lobbies nucléaires pour convaincre les autorités japonaises, et le peuple japonais, si tant est qu'on lui ait demandé son avis,  pour avoir les autorisations nécessaires. On sait que le risque zéro n'existe pas, et surtout pas dans les zones sujettes aux séismes. L'inconscience humaine n'a pas de limites, qui ne veut jamais croire aux catastrophes avant qu'elles ne surviennent.

Le choix du nucléaire devrait relever des peuples.

Il est des cas où les décisions ne devraient pas venir des ingénieurs technocrates, qui se pensent plus intelligents que tout le monde, ou des politiques sous influence, mais des peuples eux-mêmes. Le simple bon sens, même dans l'ignorance, vaut souvent mieux que la connaissance, toujours imparfaite, et trop souvent génératrice de confiance aveugle dans la science et les techniques.

Certains technocrates français se sont empressé de dire que cela ne peut arriver chez nous, et que le nuage, si nuage il y a, ne passera pas nos frontières.

La présidente de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Agnès Buzyn, a promis la plus grande transparence. "Je voulais rassurer nos concitoyens sur le fait que nous sommes en capacité de surveiller le territoire français en temps réel. Nous mettrons en ligne l'ensemble des données chiffrées de cette surveillance. arevaCela permettra à tout le monde d'être informé", a-t-elle assuré. On la croit!

Propos dérisoires, hors sujet et partisans, qui montrent combien, pour certains, l'enjeu nucléaire est crucial. Pour illustration, il est presque plus facile d'installer en France une centrale nucléaire qu'une éolienne! Pourtant je peux témoigner que les installations d'AREVA et d'EDF dans la Hague (ci-contre l'usine de retraitement d'Aréva) polluent bien plus le paysage qu'un champ d'éoliennes. Sans parler des risques, évidemment !

Le problème de l'énergie est complexe. L'urbanisation galopante, nos modes de vie, nos gaspillages, notre incapacité à changer nos habitudes,  l'arrivée des pays émergeants, ne facilitent pas les choses. Les centrales nucléaires sont une solution facile, parce qu'elles sont capables de nous apporter l'énergie souhaitée sans changer nos habitudes, sans changer aussi l'idée que l'on s'est fait d'une production énergétique propriété de quelques oligopoles publics ou privés, et desservie en totalité via un réseau. Rappelons qu'en France le propriétaire d'une installation autonome d'énergie, solaire, géothermique ... doit vendre l'énergie produite à EDF, qui la lui refacture ... à un bon prix. Les fervents défenseurs du nucléaire ont su aussi nous faire croire que le nucléaire était une énergie propre, celle sur laquelle la France compte pour respecter les accords mondiaux sur la pollution au carbone !!!

La France a fait le choix du tout nucléaire.

Aussi en France, 78% de l'énergie consommée est-elle d'origine nucléaire. Aussi la France est-elle le deuxième producteur mondial d'énergie nucléaire, derrière les américains. Aussi la France  dispose-t-elle sur son territoire de 58 réacteurs nucléaires (le Japon en a 55) , dont certains sur des zones sismiques (Fessenheim) ou inondables ((celle du Blayais en Gironde). Aussi la France avec AREVA, n°1 mondial du nucléaire et EDF, 1er électricien mondial de nucléaire, a-t-elle fait le choix du quasi tout nucléaire, sans jamais demander l'accord des citoyens. Ne serait-ce pourtant pas ça la démocratie ?

Les jours qui viennent vont voir augmenter le nombre de victimes au Japon, directes et indirectes. On va voir fleurir les débats, et peut-être des anciens défenseurs de l'atome vont-ils retourner leur veste. Ce n'est certes jamais trop tard pour bien faire, mais c'est trop tard pour les victimes, pour le Japon, pour la Terre. On ne peut qu'être d'accord avec le propos de JL Mélanchon  "combien de tragédies (il faudra) avant de prendre la décision de sortir du nucléaire au lieu de prévoir son extension au mépris de toute sécurité".

Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Commenter cet article