cinéma - "des dieux et des hommes "

Publié le 20 Janvier 2011

Les derniers jours précédant l'assassinat des moines de Tibehirine.
 
desdieuxetdeshommes.jpgIls sont 8 dans un pauvre monastère perdu dans la campagne algérienne. Ils chantent, prient, étudient les textes. Ils cultivent leur terre et font le miel qu'ils vendent au marché le plus proche. Ils font partie du village voisin, un des moines en est le médecin, un autre est écrivain public. Sans prosélytisme, sans chercher à convertir, dans l'amour et la fraternité, dans le respect des croyances des habitants. Qui se sont habitués à eux, les ont acceptés comme faisant partie des leurs, les invitent à leurs cérémonies religieuses. Les villageois sont les oiseaux, les moines sont la branche, dit une villageoise.
Plus loin, la situation devient de plus en plus confuse et violente. Les islamistes fondamentalistes sèment la peur. Des ouvriers croates sur un chantier voisin sont massacrés. Les moines sont priés de partir par les autorités officielles, parce que incapables d'assurer une sécurité, que le père supérieur d'ailleurs refuse.
Avec la peur, le doute s'installe dans la petite communauté. Certains veulent partir. Certes là où ils sont est la terre qu'ils ont choisie, depuis de très nombreuses années. Et que deviendraient les gens s'ils fuyaient ? Et la fuite est-elle une solution ? Mais ils ne sont pas venus non plus pour être des martyrs, ni pour attendre d'être massacrés sans rien faire.
La communauté est partagée, et demande un peu de temps pour se prononcer. Et avec ce temps, le doute va disparaître. Il faut rester. Est-ce que la fleur quitte sa terre parce que l'hiver vient ? Leur place est ici, près des gens qu'ils aiment, de la vie qu'ils ont choisie. Ils sont venus là pour être les frères de tous. L'amour doit être plus fort que la mort.
Ils sont embarqués une nuit par un commando, pris en otage. Ils ne reviendront pas.
Xavier Beauvois nous propose un véritable chant d'amour par ce film beau et émouvant, bercé au rythme de la vie du monastère et de ses chants. Au-delà des croyances et des religions.

desdieuxetdeshommes1.jpg desdieuxetdeshommes-.jpg desdieuxetdeshommes2.jpg 
Un moine reprend dans ce film un étonnement de Pascal sur les religions, causes non seulement de guerres, mais encore d'aggravation de ces mêmes guerres.
On pourrait ajouter aussi que les religions ont contribué, me semble-t-il, à freiner la cupidité des hommes. Peut-être même ont-elles été créées à cette fin. Un monde sans religions peut-il avoir des valeurs ou une morale ?
Le jour, si ce jour vient, où le matérialisme aura tout emporté, où les religions et les croyances auront disparu depuis longtemps, ce jour là, le monde sera t-il encore humain ?

Rédigé par jdio

Publié dans #un peu de culture

Repost 0
Commenter cet article