ces gens qui nous gouvernent

Publié le 27 Juin 2010

Tous pourris ? On ne veut pas le croire, car on a vu dans un passé pas si ancien, quelles dérives amènent le sentiment populaire d'une classe politique corrompue et égoïste :  extrémismes de tous bords, anarchismes, terrorisme ...

Mais il est vrai qu'au contraire de montrer l'exemple, les gens de pouvoir affichent des comportements indignes, se montrant de tout petits personnages, égoistes, sans conscience aucune de l'intérêt général, fort éloignés des préoccupations des gens qu'ils sont censés guider.

L'ex PSU Christian Blanc faisant partir en fumée 15000 euros de deniers de la république, tout simplement parce qu'il est secrétaire d'Etat et qu'il aime les gros cigares. Une honte !

Eric Woerth, ministre du budget, qui offre la légion d'honneur au conseil fiscal de la dame la plus riche de France. Remerciements d'avoir embauché son épouse Florence ?  Et tout le monde politique de droite, y compris Sarko, qui le soutient. Reconnaissance à cette même dame des chèques versés pour alimenter les campagnes et les trains de vie de ces messieurs ? Une intimité obscène entre fric et pouvoir. Comment Fillon et Sarko pourraient-ils sanctionner Woerth, alors qu'eux mêmes ont bénéficié des largesses de la dame, en contrepartie de leur tacite protection vis à vis de pratiques fiscales marginales et contestables.

Les robes de luxe de Rachida, les voyages en jet privé, les salaires éhontés dans des associations plus ou moins bidon, les cumuls de fonctions, les appartements loués à des conditions sans rapport avec le marché, les avantages financiers exhorbitants des parlementaires, des postes fictifs pour remercier les uns et les autres de services passés, présents et à venir ...On dit sur Internet que les Groupes LVMH et HERMES offrent 650 000 euros de jetons de présence à Bernadette Chirac et  450000 à Florence Woerth pour être administrateur . Un scandale, non? Quelle liberté pourront avoir  les politiques vis à vis des grands groupes, quand il s'agira de lutter contre leur volonté de délocalisation des usines ou leurs pratiques fiscales illégales ?

C'est vrai que la société privée peut faire encore pire, quand elle rémunère des présidents de passage de plusieurs millions d'euros par an, sans compter parachute doré et indemnité de départ, et quand elle permet que des footballeurs et des traders, à l'utilité sociale quasi nulle, gagnent en un  mois plus qu'un smicard en une vie.

Les fonctions publiques et politiques devraient être en écart avec ces comportements. C'est leur noblesse et leur justification. A quelques brebis galeuses près, cela a été le cas longtemps. Il semble que cela ne le soit plus, à quelques idéalistes près.

Aussitôt en politique, l'aspirant politicien ambitionne les mêmes avantages que ceux du privé,les mêmes rémunérations que les plus friqués, la même culture de l'apparence que les pros du show biz. La voie a été montrée par sarko lui-même, tous se sont précipité pour la suivre. Avec succès, on en voit le résultat aujourd'hui.

Les pratiques de quelques uns, trop nombreux, sont proches de la prévarication.

Nous ne sommes plus dans la soif de consommer, dont le refus par certains avait entraïné la révolution de 1968, mais dans la soif de paraître, d'hyper consommer, comme signe ostentatoire de force et de pouvoir. Sans autres valeurs que celles de l'argent et de l'apparence.

La société est aujourd'hui coupée en deux, 5% de prévaricateurs d'un côté, 95% de l'autre. Qui le seraient pour la plupart s'ils le pouvaient !

Quel avenir a cette société là ? 


Rédigé par jdio

Publié dans #humeurs

Repost 0
Commenter cet article