ces aventures qui nous fascinent

Publié le 1 Novembre 2010

Pourquoi ces courses nous fascinent-elles ?

routerhumUn million de spectateurs, selon les organisateurs, s'étaient rassemblés à St Malo et dans les environs pour assister au départ de cette 9ème route du Rhum. C'est un chiffre très impressionnant, et qui fait m'interroger sur cette passion que déchaîne un sport qui reste quand même très élitiste, peu accessible, et qui dans sa version grand public, la voile, n'est pas non plus de masse.

Ces grandes échappées en solitaire font rêver. Seul maître à bord sur un bateau aux prises à la violence extrême qui peut être celle des éléments quand ils se déchaînent, seul pour aller gagner des continents qui étaient quasi inaccessibles il n'y a pas si longtemps. Ces passionnés de la mer ne seraient-ils pas finalement les rares survivants d'une époque où l'aventure était possible, où on faisait de sa vie ce que bon en semblait ?

routerhum-foule.jpgPar opposition, la tendance du monde moderne est celle d' un polissage croissant, la suppression de tout ce qui peut ressembler au risque. On s'assure contre tout aujourd'hui, parfois sans le savoir, des fois plusieurs fois, on surveille ce que l'on fait, ce que l'on boit et mange, on cotise pour ses retraites, on s'isole du froid, du chaud, des insectes, des mauvaises herbes. On s'ausculte en permanence, s'inquiétant du moindre bobo. En un mot on rejette la nature et l'imprévu.

Alors on admire et on envie ces marins qui ont ce grain de folie qui les font s'en aller, seuls, affronter la peur, les dangers, la fatigue, la solitude. Loin d'un monde où le salariat et les grandes entreprises nivellent les modes de vie. On a les mêmes programmes télé, les mêmes jeans, la même musique américaine, les mêmes voitures et impossibilités de circulation, à Istanbul, Tokyo, Moscou, Paris ou Rio. On y construit les mêmes cages à lapins et on y enseigne les mêmes cours de management.

L'homme urbain du 21 ème siècle plie sous le poids des institutions, des contraintes du mode du travail, des tonnes de règlements faits pour le protéger et protéger les autres de ses potentielles faiblesses.

Il en résulte ce besoin d'évasion, l'appel du large en étant une forme possible.

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article