la fuite de ben ali

Publié le 15 Janvier 2011

Ben Ali est tombé. Aucun pronostiqueur, on dit aussi expert, ne l'avait prévu, pas même quelques jours avant. Humilité !
 
ben-ali.jpgben-ali-leila.jpgQuelques observations :
 
- Sa fuite est pitoyable, elle fait penser évidemment à celle de Louis XVI, qui n'aura guère été héroïque que dans la mort, et qui n'a pas eu la chance de bénéficier des moyens de transports du XXI ème siècle.
 
- Plus que Ben ALi, qui a quand même permis à la Tunisie de se développer économiquement, c'est peut-être son entourage, et précisément celui de son épouse Leila, qui a été l'objet de la haine du peuple. Népotisme, prévarication, corruption, tout y était.
 
Des leçons ?
 
- Rien n'est jamais acquis, pas même le pouvoir. On savait bien que Ben Ali ne faisait pas l'unanimité en Tunisie, mais personne n'avait prédit une chute aussi rapide.
 
- La révolution est encore possible, même dans un pays moderne comme la Tunisie. Que les despotes du monde entier le sachent bien, leur tour peut venir, il y a des limites, ou un temps, à ne pas dépasser.
 
- A partir d'un certain niveau de développement, on ne gouverne plus  un pays par la dictature. Le développement amène l'aspiration à autre chose que les seuls biens matériels : droit d'expression, respect des droits de l'homme, fin de l'arbitraire, justice, culture, liberté ...Le développement condamne à terme toutes les dictatures. Aux dictateurs de savoir amener les évolutions à temps, mais il y a peu d'exemples dans l'Histoire, voire pas du tout, de dictature ayant su assurer sa transition vers un régime plus démocratique. Les dictateurs se sont toujours fait renverser avant, parce que par nature, ils n'ont jamais su, voulu ou pu anticiper les changements.
 
- La révolte de la Tunisie a été essentiellement, semble-t-il, une révolte de jeunes, prioritairement atteints par le chômage, et moins fatalistes que les anciens. Qu'ils aient ou pas un diplôme.
La leçon est à retenir. D'ailleurs toutes les révolutions ne  sont-elles pas le fait de la jeunesse ? Que nos démocraties occidentales ne l'oublient pas, qui semblent privilégier l'emploi des seniors, pour des raisons d'équilibre financier des Caisses de Retraite, à celui des jeunes. Dans certains lieux ou catégories, on a des taux de chômage supérieurs à 20%! Du même ordre qu'en Tunisie.
Nul ne sait ce qui va se passer maintenant. Le bon comme le mauvais peuvent arriver. Il y a promesse d'élection présidentielle dans deux mois, les éléments les plus révolutionnaires attendront-ils, sachant que les pouvoirs politiques, administratifs, militaires, policiers, judiciaires, sont décrédibilisés, contestés, et, pour certains déjà, en mal de revanche.

Rédigé par jdio

Publié dans #notre temps

Repost 0
Commenter cet article