escapade dans le Vexin

Publié le 24 Mai 2010

 

Rien à faire ce dimanche 13 juin, alors pourquoi pas un saut en Normandie, à une heure de Paris. Giverny, Vernon et Château Gaillard au programme, et ensuite on verra.

Giverny, pour la maison et le jardin de Claude Monet bien sûr. Seulement voilà, bien qu'arrivé à 10h30, cinquante bons mètres de queue. Non seulement je n'aime pas ça, mais admirer les nymphéas au milieu de la foule, très peu pour moi. Alors promenade dans ce village sympa, tout axé sur son passé célèbre, où vit aussi Lény Escudéro et sa tribu. Au hasard de la marche, aperçu d'une création originale : installées dans la cour intérieure d'une maison, deux scumptures de sable,l'une représentant les impressionnistes, l'autre la cène, d'après un peintre italien dont j'ai oublié le nom. Le tout grandeur nature, et des oeuvres spectaculaires et éphémères.

 

giverny sculpure de sablegiverny sculpture de sable la cène  

Le vent les fera disparaître; d'ici deux mois, elles ne seront plus. J'aurai pu voir aussi à Giverny la vieille église en restauration, la tombe de Claude Monet, et un musée des impressionnistes enrichi par le prêt de quelques oeuvres du musée d'Orsay.

 

Vernon. Petite commune tranquille, créée au 10ème siècle, mais très largement reconstruite. Subsistent quelques belles maisons anciennes, pour l'essentiel rassemblées autour de la Collégiale. 

vernon

 

Château-Gaillard. Surplombant la Seine aux Andelys, voici une imposante forteresse, en ruine, construite par les Plantagenets. C'est à la fin du 12ème siècle que Richard Coeur de Lion, roi d' Angleterre et duc de Normandie, bâtira cette forteresse qui commandait l'accès à la Normandie. Le château sera construit en à peine 3 ans, soit un an avant la mort de Richard en 1199. Les troupes françaises de Philippe Auguste assiègeront le château en 1203, qui tombera en 1204.

ch gaillard donjon1ch gaillard donjon  

 

Le duché de Normandie sera alors rattaché au domaine royal. Dans les années qui suivirent, le château sera utilisé à l'accueil de prisonniers , les brus adultères de Philippe le Bel y furent incarcéres.  Passé un temps aux anglais durant le guerre de cent ans, il redeviendra français après quatre sièges. Pendant les guerres de religion, il faudra deux ans de siège à Henri IV pour en chasser les ligueurs catholiques qui l'occupaient. Au début du 17ème siècle, les religieux des Andelys seront autorisés à prélever les pierres pour entretenir leurs couvents. Basse-cour et barbacanes seront démolies. Vers 1630, Richelieu ordonnera l'arasement  

de lach-gaillard-vue-du-pont-.jpg tour ch-gaillard-affiche.jpgmaîtresse. Le château tombera lentement en ruine, ses pierres seront pillées, jusqu'en 1862 où il sera classé monument historique.

Des fouilles sont régulièrement entreprises depuis, les dernières ayant eu lieu de 1991 à 2000. Une restauration de la tour maîtresse est actuellement en cours.

Ce château est remarquable par la splendeur de son site, qui surplombe un méandre de la Seine. Par sa dimension et sa forme aussi, très certainement inspirée par le krak des chevaliers que Richard avait probablement vu au cours de sa croisade en terre sainte. Et puis la magie des batiments en ruine, qui offrent à l'imaginaire plus de perspectives encore que des monuments mieux conservés.

On peut voir aux Andelys dans l'intéressant musée Nicolas Poussin une maquette de ce que devait être Château-Gaillard tel que conçu par le roi Richard, et imagé par Viollet le duc, et une affiche, ci-dessus, créée avant la guerre à l'occasion de l'arrivée du chemin de fer aux Andelys.

Château de Bizy. Le château fut construit en 1740 par Constant d' Ivry, pour le duc de Belle-Isle, petit-fils de Fouquet. Après avoir appartenu à Louis XV, il sera donné au duc de Penthièvre, petit-fils de Louis XIV, qui en fit sa résidence principale jusqu'à sa mort en 1793. Le château sera acheté après la restauration par la mère de Louis-Philippe, qui l'habitera avec son fils jusqu'à l' accession au trône de ce dernier. Il continuera à y séjourner étant roi, séjours facilités par l'avènement du chemin de fer. Après la chute de Louis- Philippe, le château sera acheté par le baron Schikler, qui en fera don en 1909 à son neveu, Louis Suchet, quatrième duc d'Albuféra, à la famille duquel il appartient toujours. Louis Suchet était l'arrière petit-fils de Louis-Gabriel Suchet, maréchal d'empire, invaincu sur les champs de bataille, comme Davout.

Le baron Schikler ajoutera le pavillon central dans le style des palais italiens, fermant ainsi le demi-cercle constitué par les bâtiments du 18 ème siècle. 

  chateau bizy partie 18ème sièclechateau bizy partie 1852'chateau-bizy-partie-18eme.jpgchateau-bizy-alimentation-eau.jpgchateau-bizy-fontaine2.jpgchateau-bizy-salon.jpgchateau-bisy-venus.jpg

 

Mantes la Jolie. De retour sur Paris, juste le temps de traverser Mantes-la-Jolie, et de parcourir le vieux centre ville.  Cité qui gagne à être connue, comme tant d'autres, avec l'imposante collégiale St Charles et la tour St Maclou, clocher subsistant d'une église disparue.

mantes-collegiale-st-charles.jpg mantes-tour-st-maclou.jpg

Fin de la promenade, beaucoup de belles choses vues, par un temps très agréable de surcroit.

Rédigé par OverBlog

Publié dans #escapades

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article